HomeNews60 pour cent des membres d’une direction ou d’un conseil de fondation sans rémunération

60 pour cent des membres d’une direction ou d’un conseil de fondation sans rémunération

26.06.2018

L’étude Zewo montre beaucoup d’engagement bénévole dans les œuvres de bienfaisance suisses

Les arguments en faveur d’une professionnalisation des œuvres de bienfaisance sont nombreux: leur travail est de plus en plus difficile, les attentes des bailleurs de fonds sont toujours plus importantes et la concurrence augmente. Pourtant, les deux tiers des membres des organes directeurs s’engagent à titre purement bénévole.

La plupart des membres de conseils de fondation ou de comités s’engagent bénévolement pour une bonne cause. La professionnalisation croissante et la recherche toujours plus difficile de membres compétents pour l’organe directeur ont un impact minime sur la rémunération des bénévoles. Seulement 37% des organisations versent des indemnités forfaitaires, des jetons de présence ou des défraiements forfaitaires aux membres de l’organe directeur. C’est moins que cinq ans avant. La moitié des présidentes et présidents travaillent plus de 120 heures, l’autre moitié travaille moins. Ils perçoivent en moyenne 3 200 francs, soit 200 francs de plus que cinq ans plus tôt, sachant que la composition du groupe d’œuvres de bienfaisance exa- minées est légèrement différente.

Influence sur les postes de bénévoles
Le professeur Markus Gmür, du Verbandsmanagement Institut (VMI) de l’Université de Fribourg, et son équipe ont analysé les données anonymisées des œuvres de bienfaisance concernant les rémunérations versées en 2016. L’équipe de chercheurs a étudié les facteurs ayant un impact sur la rémunération dans une activité exercée à titre honorifique: la taille de l’œuvre de bienfaisance, ses activités et sa dépendance aux dons jouent un rôle. La question de savoir si l’œuvre est intégrée dans un réseau et le temps que consacre la personne à l’activité à titre honorifique ont également une influence. Les heures effectuées et la taille de l’organisation sont les facteurs qui influencent le plus fortement la rémunération. Ces conclusions confirment largement le résultat de la première étude de la Zewo effectuée en 2011 sur les rémunérations.

Les salaires sont raisonnables
Les salaires des directrices et directeurs n’ont pratiquement pas changé ces dernières années. La rémunération brute moyenne (médiane) s’élève à 132 000 francs. C’est presque autant que cinq ans plus tôt. C’est ensuite la taille de l’organisation qui explique le mieux le montant de la rémunération. Contrairement au secteur privé, les œuvres de bienfaisance ne versent presque pas de bonus ni d’autres rémunérations variables.

Pas d’excès
Les rémunérations de 2011 et 2016 ont légèrement augmenté dans la tranche inférieure. D’une part parce que l’organisation s’est développée. En outre, cette évolution pourrait être le reflet de la professionnalisation croissante. Pendant la même période, les salaires ont souvent baissé plus que la moyenne dans la tranche supérieure. Ceci est dû en partie au changement de personnel, et dans certains cas à des directives de la Zewo en ce sens.

Politique de rémunération des œuvres de bienfaisance
Pour la première fois, la Zewo a fait étudier les lignes d’orientation de la politique de rémunération des œuvres de bienfaisance: la plupart des organisations com- parent leurs rémunérations avec celles d’autres œuvres de bienfaisance. Certaines se basent sur l’administration publique. Seule une petite partie d’entre elles se base sur les salaires du privé. Et ce le plus souvent lorsqu’elles sont en concurrence directe avec des entreprises à but lucratif. Plus de la moitié des organisations certifiées Zewo ont participé à la deuxième étude sur les rémunérations. La Zewo utilise sa solide base de données lorsqu’elle examine si une œuvre de bienfaisance respecte ses normes en matière de rémunération.

Article du «Zewoforum 1/2018»

Commandez dès maintenant le nouvelles étude sur les rémunérations
Les participants ont déjà reçu un exemplaire gratuit de l’étude complète. Ils peuvent se procurer des exemplaires supplémentaires au tarif spécial de 20 francs auprès de la Zewo. Pour toutes les autres organisations avec le label de qualité Zewo, l’étude coûte 80 francs. Le prix normal est de 150 francs.