HomeNewsCOVID-19 et la collecte de fonds en Suisse (II): «Toute ma vie est sens dessus dessous»

COVID-19 et la collecte de fonds en Suisse (II): «Toute ma vie est sens dessus dessous»

26.03.2020

La crise de Corona a un impact majeur sur la vie de tous : Les rendez-vous sont annulés, les enfants reçoivent un enseignement à distance, la liberté de mouvement – professionnelle et privée – est limitée. Chacun doit réorganiser sa vie quotidienne. Swissfundraising a demandé quels effets personnels la « situation extraordinaire » a sur les fundraisers, comment ils maîtrisent leur vie (professionnelle) quotidienne et s’ils sont engagés dans de nouvelles initiatives.

Il y a une semaine, Swissfundraising a lancé une enquête (toujours ouverte) auprès de ses membres avec des questions sur leur situation personnelle, la situation de l’organisation et la collecte de fonds pendant la crise de Corona. Cet article est consacré à l’impact personnel.

Que faire maintenant ?

«Toute ma vie est sens dessus dessous et il n’y a actuellement aucune sécurité de planification», dit l’un des commentaires, qui parle probablement pour beaucoup. L’incertitude est grande et une question suit la suivante : Comment puis-je encore séparer proprement ma vie privée et ma vie professionnelle dans un bureau à domicile à 100% ? Comment puis-je surmonter les frais (élevés) de garde d’enfants qui continuent à être encourus tout en perdant des salaires en raison de la réduction du temps de travail due à la tâche de garde qui m’incombe désormais ? Comment faire face au manque de contacts sociaux sur une longue période ? Je fais moi-même partie du groupe à risque – que dois-je faire maintenant ? Les réactions montrent : La situation actuelle nous présente à tous des défis majeurs, mais ensemble nous sommes assez forts pour les surmonter, comme le dit une réponse : «L’important est que nous soyons tous solidaires et que nous maîtrisions cette situation ensemble».

Et après tout : malgré ou peut-être « grâce » à l’annulation, au report et à la réorganisation des rendez-vous, des évènements, des vacances et des projets, la plupart des répondants ont également plus à faire et peuvent se concentrer sur ce travail.

Le télétravail

Pouvez-vous faire du télétravail?

9 sur 10 fundraisers peuvent effectuer leur travail à domicile. La plupart d’entre eux profitent également de cette opportunité. D’autres, en revanche, se privent (délibérément), soit en partie, soit en totalité, d’un bureau à domicile. D’une part, il existe des organisations dont l’infrastructure informatique ne le permet pas, d’autre part, l’internet à domicile peut être tout simplement « trop faible » (par exemple pour les appels vidéo).

L’engagement personnel

Près de 45 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles participaient à des initiatives (émergentes) d’aide ou de soutien de proximité et dans le domaine de la médecine et des soins. Ils citent la solidarité comme un facteur clé, en particulier dans les situations d’urgence : «Il est maintenant de la responsabilité de chacun d’apporter sa contribution à l’ensemble, et il est possible de faire beaucoup plus», ont-ils déclaré. Parmi les quelque 55 % qui ne sont pas (ou ne peuvent pas) se mettre à disposition, beaucoup disent qu’ils manquent simplement de temps ou de capacité (souvent en raison de charges multiples).

Participez-vous aux initiatives émergentes en matière d’aide ou de soutien de proximité dans le domaine de la médecine et des soins ?

Les attentes envers Swissfundraising

Les collecteurs de fonds ont clairement indiqué qu’ils considèrent que le rôle de Swissfundraising est avant tout de faire du lobbying politique dans cette situation. Dans cette phase, l’organisation professionnelle (avec d’autres organisations du secteur à but non lucratif) se mobilise avec détermination en faveur du secteur à but non lucratif et de la collecte de fonds. Des offres de formation continue en ligne et de soutien dans la vie quotidienne (outils) sont également prévues.

Qu’attendez-vous de Swissfundraising dans cette situation ?