HomeNewsCOVID-19 et la collecte de fonds en Suisse (III): Les OSBL doivent (re)déterminer des priorités

COVID-19 et la collecte de fonds en Suisse (III): Les OSBL doivent (re)déterminer des priorités

30.03.2020

La palette des mesures que les organisations sans but lucratif (OSBL) doivent prendre de nos jours est vaste : de la mise en œuvre des directives de l’OFSP, à la réalisation de bureaux à domicile, la suspension de projets jusqu’à la demande de chômage partiel. Afin de répondre à la situation (de projet) difficile, de nombreuses organisations comptent sur une communication proactive. La crise de Corona touche donc aussi les OSBL sévèrement.

Swissfundraising a lancé une enquête (toujours ouverte) auprès de ses membres il y a presque deux semaines avec des questions sur leur situation personnelle, celle de l’organisation et la collecte de fonds pendant la crise de Corona. Ce (pour le moment) dernier article traite des effets sur la ou les organisations.

L’adaptation et la communication sont essentielles

« Certaines activités doivent être arrêtées, d’autres sont réduites». La situation décrite dans ce commentaire est la réalité pour de nombreuses associations à but non lucratif en ce moment. La priorité absolue est désormais la santé de tous les employés. Cela signifie pour les organisations qu’elles doivent aussi mettre en place des formes de travail flexibles et adapter la mise en œuvre de certains projets. Dans cette situation, beaucoup considèrent que le rôle de la communication est très important. Il faut informer et sensibiliser de manière proactive.

Situation difficile pour les projets

Environ 60 % des personnes interrogées ont déclaré que la poursuite prévue des projets « varie d’un cas à l’autre ». Près d’un tiers des projets ne peuvent certainement pas être poursuivis comme prévu. Les principaux arguments cités par les répondants sont notamment, d’une part, l’insécurité financière et, d’autre part, l’interdiction de manifestations ou de réunions, qui concerne principalement les séminaires, visites ou conférences prévus. Pour certains OSBL, la situation est même assez précaire : tout le travail sur les projets est arrêté et les demandes de chômage partiel doivent être remplies.

Pouvez-vous poursuivre les projets comme prévu ?

Plutôt peu d’actions COVID 19

Pas moins de 32 % ont déclaré que leur organisation participe à sa propre action dans le cadre de COVID-19. Ce commentaire en est un bon exemple : «Nous avons travaillé ardemment (et avec succès) pour que les informations sur le coronavirus soient proposées en langage clair ET dans les trois langues des signes.» Toutefois, de nombreuses organisations à but non lucratif ne sont pas du tout en mesure de réaliser de telles actions : Dans certains cas, les ressources nécessaires (financières et en personnel) manquent, et la mise en œuvre est difficile s’il n’y a pas de lien direct avec l’organisation elle-même (but / mission).

Votre organisation participe-t-elle à ses propres efforts de secours dans le cadre de COVID-19 ?

Paquet financier également pour les OSBL

Pour plus de 90 % des personnes interrogées, il est clair que la réglementation fédérale sur la garantie des liquidités et la compensation (partielle) des pertes financières devrait également s’appliquer aux organisations à but non lucratif. Outre le Conseil fédéral et le Parlement, une grande partie des participants considèrent que Swissfundraising a le devoir de soutenir cette initiative.

Une volonté d’aider plus forte

La crise Corona remet en question de nombreuses choses qui étaient considérées comme évidentes pendant des décennies. La majorité des répondants estiment que cela renforce la volonté d’aider à long terme. Seuls 15 % sont d’un avis contraire, tandis que 27 % environ n’attendent aucun changement. En revanche, en ce qui concerne le soutien aux objectifs des organisation, l’optimisme est moins grand : Seulement une personne sur quatre est convaincue que ce soutien va augmenter. Environ 30 % des personnes interrogées pensent même que le soutien va diminuer.

Pensez-vous que le soutien aux objectifs des organisations à but non lucratif et aux activités et objectifs caritatifs augmentera ou diminuera en conséquence ?