HomeNewsLe dialogue avec les fondations donatrices fortifie Swissfundraising

Le dialogue avec les fondations donatrices fortifie Swissfundraising

02.05.2019

L’un des objectifs stratégiques de l’association professionnelle Swissfundraising est de renforcer sa capacité à agir et son poids sur le plan politique. Les partenariats avec d’autres associations telles que SwissFoundations sont un moyen éprouvé à cet égard. Ainsi, Swissfundraising organise un forum pratique lors du prochain Symposium des fondations (le 21 mai à Thoune).

Swissfundraising entretient de longue date un contact permanent avec les associations proFonds et SwissFoundations. Si SwissFoundations se concentre clairement sur les grandes fondations donatrices, proFonds est un lobby destiné au troisième secteur ouvert à toutes les organisations à but non lucratif et qui leur propose régulièrement des informations sur les développements politiques et les nouveautés juridiques.

Le secteur étant dépourvu d’organisation faîtière, les institutions de coopération au développement et d’aide sociale en Suisse, pour les personnes en situation de handicap et âgées, etc. ont chacune leurs propres associations, tant du côté patronal que salarié, et celles-ci défendent des intérêts particuliers.

Renforcer le contact
Ces derniers mois, SwissFoundations a intensifié ses contacts avec l’association de collecte de fonds. Dans le cadre d’une procédure onéreuse et chronophage, les fondations donatrices ont mené à bien une analyse des parties prenantes, sur laquelle elles ont fondé une stratégie de discours et de plaidoyer pour consolider durablement leur légitimité en Suisse. Elles en ont présenté les résultats préliminaires lors d’un processus de dialogue.

En août 2018, du fait de son appartenance au groupe cible des destinataires, le groupe spécialisé « Förderstiftungen für Grosse » de Swissfundraising a eu le privilège d’entendre les résultats directement de la bouche de la directrice du bureau, Beate Eckhardt. Celle-ci a également accordé une interview que Swissfundraising a publiée dans la revue « persönlich » et sur son site Web.

Beate Eckhardt résume les conclusions ainsi : « Il existe un potentiel en termes de capacité de coopération et de volonté de travailler ensemble, non seulement au sein du secteur des fondations, mais également au-delà. » Et d’ajouter : « Les insuffisances du secteur résident dans la faible compréhension de la communication de la part des fondations d’utilité publique, dans le manque de sensibilisation du public qui en résulte et dans le dialogue trop peu actif avec les destinataires, les partenaires donateurs. »

Atelier au Symposium des fondations
Entre autres mesures, le groupe spécialisé a donc été prié d’organiser lors du prochain Symposium des fondations suisses un atelier au choix, en l’occurrence appelé « forum pratique ». Il s’agit d’un événement sur deux jours qui devrait réunir 400 participants issus de divers secteurs.

Le 21 mai 2019 à Thoune, il débattra par conséquent avec les fondations donatrices du sujet toujours polémique des coûts administratifs et de ceux de la collecte de fonds sous le titre « Quelle est la part admise des frais généraux et que révèle-t-elle de l’efficacité ? ». Il peut pour cela compter sur le soutien du CEPS, Center for Philanthropy Studies de l’Université de Bâle, qui donnera son point de vue et animera le débat. Plus d’informations sur www.swissfoundations.ch ou www.app.stiftungssymposium.ch

– Andreas Cueni