HomeNewsL’humeur des donateurs reste bonne en Suisse

L’humeur des donateurs reste bonne en Suisse

07.01.2021

L’humeur des donateurs est toujours très favorable en Suisse. Elle est influencée par des questions d’intérêt social telles que le changement climatique, les migrations ou le coronavirus. Le rapport sur les dons en Suisse de Swissfundraising et de la Fondation Zewo montre les répercussions de cette tendance sur les activités d’utilité publique des organisations caritatives.

La population suisse tire un bilan positif du travail accompli par les œuvres de bienfaisance, qu’elle juge pertinent, efficace et indispensable. Huit ménages sur dix effectuent des dons. Au cours d’une année, ils versent en moyenne 300 francs à quatre œuvres de bienfaisance. Ces dons bénéficient en premier lieu aux personnes handicapées, aux enfants et aux jeunes. Ils sont généralement déclenchés par une adhésion ou une affiliation, mais souvent aussi par un courrier adressé personnellement.

La disposition à donner reste donc forte en Suisse: c’est ce qui ressort de la deuxième édition du rapport sur les dons. Cette publication conjointe de la Zewo, l’organisme suisse de certification des organisations d’utilité publique collectant des dons, et de Swissfundraising, l’organisation professionnelle des spécialistes en recherche de fonds en Suisse, présente les principaux faits et chiffres concernant les dons.

Le coronavirus a occulté d’autres sujets

Les médias suisses abordent régulièrement la thématique des dons et de l’aide et rendent compte du travail des œuvres de bienfaisance. Le ton est généralement positif. Cependant, la couverture médiatique dépend fortement des questions et des tendances qui dominent l’actualité : par exemple, le travail des organisations du secteur de la santé et de l’action sociale a été très salué pendant le confinement. En parallèle, le coronavirus a occulté de l’esprit du public bon nombre d’autres sujets de société importants, en particulier le climat et les migrations. C’est ce que montre le radar thématique 2020 de l’institut de recherche Public et société (fög) de l’Université de Zurich, intégré dans le rapport sur les dons.

Le coronavirus a modifié les conditions de travail des œuvres de bienfaisance. Pendant le confinement, de nombreuses organisations nationales du secteur de la santé et de l’action sociale ont adapté leur aide à la situation. La protection de l’environnement ou de la nature et certaines organisations d’aide au développement ont bénéficié de moins d’attention durant cette période. Les donatrices et donateurs sont toutefois restés solidaires. Même si beaucoup d’œuvres de bienfaisance n’ont pas de vision claire de la façon dont les dons vont évoluer d’ici la fin de l’année, elles envisagent globalement l’avenir avec optimisme. En effet, les nouveaux modes de fonctionnement qui ont été mis en place avec succès pendant la période du coronavirus perdureront. Et la situation a confirmé que l’action des œuvres de bienfaisance était nécessaire et reconnue par la société.

Rapport sur les dons 2020

L’humeur des donateurs reste bonne en Suisse