HomeNewsEnquête sur les salaires : Que gagnent les collecteurs de fonds ?

Enquête sur les salaires : Que gagnent les collecteurs de fonds ?

23.04.2021

En Suisse, les collecteurs de fonds gagnent en moyenne 104’200 CHF. Les salaires ont tendance à augmenter avec l’âge, le niveau de fonction, la responsabilité du budget et des employés, et l’expérience professionnelle. Toutefois, les écarts salariaux se sont réduits par rapport à 2017 et 2013. Telle est la conclusion d’une enquête en ligne menée par le Centre de Gestion Culturelle de la ZHAW School of Management and Law pour le compte de Swissfundraising. L’étude a également examiné les avantages complémentaires, la motivation des employés et l’impact de la pandémie de Corona sur les collecteurs de fonds.

Selon le rapport Zewo sur les dons 2020, le volume actuel des dons pour les organisations à but non lucratif (OBNL) en Suisse est d’environ 1,9 milliard de francs suisses. Mais combien gagnent les collecteurs de fonds qui génèrent une grande partie de ce montant ? Le Centre de Gestion Culturelle de la ZHAW School of Management and Law a examiné cette question – pour la troisième fois après 2013 et 2017 – et a interrogé les 900 membres de Swissfundraising sur leur rémunération dans une enquête en ligne. 248 collecteurs de fonds ont rempli le questionnaire, les femmes et les Suisses alémaniques étant légèrement surreprésentés par rapport à la composition générale des membres Swissfundraising. Plus de 90 % des participants à l’enquête sont employés par une organisation à but non lucratif (OBNL) (n=231).

L’âge, la fonction, le diplôme de formation complémentaire et l’expérience professionnelle sont plus déterminants que le niveau de formation

En moyenne, les collecteurs de fonds qui sont membres de Swissfundraising et employés par une OBNL gagnent 104’200 francs suisses, dans une fourchette allant de 59’000 francs suisses à 164’000 francs suisses (salaire médian 101’400 CHF). Les salaires varient en fonction de l’âge, et ce sont les personnes âgées de 50 à 59 ans qui gagnent le plus. En outre, le niveau de fonction en particulier, ainsi que la responsabilité du personnel et du budget, semblent avoir un impact positif sur le salaire des collecteurs de fonds. Les enquêtes menées jusqu’à présent ont montré que tant la formation complémentaire en collecte de fonds que l’expérience professionnelle ont un impact sur les salaires.

Il est intéressant de constater que le salaire des personnes entrant dans la profession a eu tendance à augmenter depuis 2013. L’étude montre aussi que les femmes travaillant dans la collecte de fonds ont tendance à gagner un peu moins que les hommes. Toutefois, l’écart de rémunération en 2020 est plus faible que dans toutes les enquêtes précédentes. Les différences salariales se sont largement réduites d’année en année : par exemple, l’écart salarial pour la fonction et l’achèvement d’une formation en collecte de fonds s’est réduit depuis 2013, et depuis 2017, cela s’applique également à la responsabilité du budget et des employés, à l’âge et à l’expérience professionnelle.

Avantages complémentaires et motivation intrinsèque – plus de stress à cause de Corona ?

Selon l’étude, 89 % des répondants bénéficient d’avantages complémentaires sous forme d’adhésion à Swissfundraising (77,1 %), de formations et de réunions de réseau (58,9 %) et d’abonnements aux transports publics (36,8 %). À la question de savoir ce qui les motive à travailler pour l’employeur, 78,8 % mentionnent les valeurs, puis les horaires de travail flexibles (68,4 %) et une culture organisationnelle ouverte (61,0 %). Dans la pandémie de Corona, la pression pour générer des revenus de collecte de fonds n’a pas changé pour la majorité des répondants (55,4%), alors qu’elle a augmenté pour un peu plus d’un tiers (37,7%) et diminué pour un peu moins de 4%.

Enquête sur les salaires : Que gagnent les collecteurs de fonds ?