HomeNewsVoici comment les baby-boomers participent à des collectes de dons

Voici comment les baby-boomers participent à des collectes de dons

14.10.2021

Comment inciter la génération des baby-boomers, réputée pour son pouvoir d’achat élevé et sa loyauté, à faire un don à des associations à but non lucratif? Quels sont les points de contact de son Donor Journey? Dans son analyse sur les points de contact réalisée sur mandat de la Poste, intervista AG répond à de telles questions.

«Par quels canaux des organisations caritatives vous ont-elles contacté au cours des cinq derniers mois?»; telle était la question posée par l’institut d’études de marché intervista pour obtenir des renseignements sur le taux de pénétration des points de contact. La réponse est claire: 70% des personnes interrogées ont cité en premier les lettres adressées appelant aux dons, suivies des lettres non adressées (35%) et des magazines des membres (32%). À l’exception de Facebook, tous les canaux des médias sociaux et les plateformes arrivent en queue de peloton.

Un Donor Journey marqué par des différences

L’étude des points de contact tout au long du Donor Journey, qui comprend les phases de sensibilisation, de considération et de décision, s’avère plus instructive que les affirmations générales sur le taux de pénétration et l’impact. Dans son enquête, intervista a cherché à savoir quels points de contact ont suscité l’attention des donateurs, ont été utilisés par ces derniers pour s’informer sur une OSBL et, enfin, ont suscité un don.

Résultat: tout au long du Journey, la lettre adressée, le magazine des membres et les discussions au sein de la famille et du cercle d’amis les plus proches arrivent de nouveau en tête. Néanmoins, la recherche sur Internet et le site web d’une OSBL sont plus importantes dans la phase de considération que dans les autres phases. Les catégories des personnes participant pour la première fois à une collecte de dons et de celles ayant donné pour la première fois de l’argent à une OSBL déterminée affichent même des résultats supérieurs dans ce domaine. Il est évident que ces personnes cherchent davantage à se faire une image précise d’une organisation que celles qui ont effectué plusieurs dons durant la période étudiée.

L’étude propose des résultats détaillés sur chaque point de contact rencontré durant le Donor Journey: des comptes rendus dans les journaux, à la radio et à la télévision à Facebook, Instagram, Twitter & Co, en passant par les spots publicitaires à la télévision et la publicité dans l’espace public et les transports publics.

Hommes et femmes, Suisses romands et Suisses alémaniques

Les différences entre les sexes sont peu prononcées, à ceci près que les hommes accordent davantage d’attention aux comptes rendus à la télévision et les femmes aux supports publicitaires dans l’espace public. Les différences constatées entre les régions n’exigent pas elles non plus de stratégie adaptée à chaque région linguistique. Lors des phases de sensibilisation et de considération, la lettre adressée recueille davantage de suffrages en Suisse alémanique qu’en Suisse romande. Par ailleurs, les Suisses romands sont plus réceptifs aux spots publicitaires et aux événements des OSBL durant la phase de sensibilisation. Mais ce sont les personnes interrogées en Suisse alémanique qui ont effectué les dons les plus élevés et ont adressé ceux-ci à un nombre plus important d’organisations.


Les membres intéressés peuvent télécharger la brochure contenant les principaux résultats sur l’intranet (sous Documents utiles).

Voici comment les baby-boomers participent à des collectes de dons